XXV - Épilogue de l'existence des publiphones et des cabines téléphoniques en France.

En 1975, M. le Directeur Général des Télécommunications - Gérard Théry annonce le Plan 100.000 cabines pour sortir le téléphone public de "l'artisanat" à l'horizon 1980.

  • Rien qu'en 1978, il a été installé 18.000 cabines téléphoniques de plus, puis 19.500 en 1979 et 23.500 en 1980... Et le parc atteint les 102.300 cabines téléphoniques au 31 décembre 1980.

L'année 1975 marque aussi la fin de l'utilisation des jetons de téléphones dans les taxiphones ; dès cette année, seules les pièces de monnaie ayant cours légal en France sont utilisées dans les publiphones français.

En 1981, au final, la promesse formulée par M. Gérard Théry est-elle tenue et ainsi, juste avant l'alternance politique, la 100.000ème Cabine Téléphonique est fêtée officiellement en Janvier 1981, dans la ville d'Épône (78), par M. le Secrétaire d’État aux Postes, Télécommunications, Télédiffusion - Pierre Ribes qui coupe le ruban !

1981.01Inaug100000CabineEponeRibesPh05058

Ci-dessus : M. le Secrétaire d’État aux Postes, Télécommunications, Télédiffusion - Pierre Ribes inaugurant la 100.000ème cabine téléphonique à Épône (78) en Janvier 1981 - Photographie Orange DGCI.

_____

En 1998, le Téléphone Public atteint son plein déploiement avec 241.000 publiphones installés sur la voie publique...

Mais c'est aussi à partir de cette date que le Téléphone Public est progressivement concurrencé puis délaissé au profit du Téléphone Mobile GSM. 

Commence ainsi une décroissance du trafic émis à partir des cabines téléphoniques, à laquelle France Télécom répond dans un premier temps en adaptant le parc judicieusement en procédant au retrait des appareils qui n'atteignent plus le seuil de rentabilité. Ainsi, la situation est-elle maintenue équilibrée jusqu'en 2003, où l'on compte 189.000 publiphones sur la voie publique.

En 2004, en raison de la décroissance massive et généralisée du trafic publiphonique, la situation devient intenable, l'opérateur historique décide officiellement le démantèlement progressif de la totalité du parc de publiphones installés sur la voie publique qui sont placés en dehors du régime du Service Universel...

En 2013, le parc de cabines installées sur la voie publique redescend en dessous du seuil mythique des 100.000 cabines...

En 2014, la commercialisation des Télécartes cesse à partir du 14 avril. La validité de ces ultimes cartes émises est fixée au 28 février 2016. Cet arrêt de commercialisation précipite la fin de facto de l'utilisation des cabines téléphoniques en France.

_____

Ci-dessous, video d'un reportage récent et intéressant relatif à la publiphonie, publié par le groupe Orange, où participe M. Patrice A. Carré, écrivain & historien au sein du Groupe Orange, dont les compétences ne sont plus à démontrer.

Pour compléter cet intéressant film de Orange sur la fin d'une époque dont nous sommes témoins en France, voici l'exemple d'une petite succursale parisienne d'une équipe de publiphonie s'étant préparée pour la fin août 2015 à expédier tout le stock de publiphones récemment retirés du secteur Raspail qui sont allés ainsi finir leur vie au recyclage.

SuccursalePubliphones1

SuccursalePubliphones2

SuccursalePubliphones3

© Photographies C. R-V - Juillet 2015.

_____

En 2015, l'article 129 de la loi n°2015-990 du 6 août 2015 abroge la composante du Service Universel relative à la publiphonie de l'article L35-1 alinéa 3 du code des postes et des communications électroniques qui garantissait, avant son abrogation, l'accès à des cabines téléphoniques publiques installées sur le domaine public ou à d'autres points d'accès au service téléphonique au public.

  • Dès le mois d'Octobre, le plan de démantèlement des ultimes publiphones implantés sur la voie publique débute ainsi que ceux sous contrat semi-privé.

En 2015, au 31 décembre, la totalité des publiphones installés sur la voie publique et ne relevant pas du Service Universel est mise hors service. Ne subsistent alors que les 39.000 publiphones relevant du Service Universel installés sur la voie publique, ainsi que certains publiphones installés en sites protégés sous contrat semi-privé. Si certains peuvent encore rester visibles dans les rues, ils sont systématiquement mis hors tension.

En 2016, c'est au tour des publiphones qui étaient placés sous le régime du Service Universel jusqu'en Octobre 2015, d'être démantelés...

En 2017, au 31 août, il reste encore 5.400 publiphones à télécarte installés sur voie publique relevant du service universel encore en service. 

Au 31 décembre, il est prévu que la totalité des derniers publiphones à télécarte relevant du service universel implantés sur la voie publique ainsi que ceux sous contrat de gestion semi-privée (hôtels, parcs d'expositions...) doive être mise à l'arrêt, attendant en cela la fin des conventions bilatérales en cours de validité.

En 2018, au 1er janvier, la Publiphonie, en France, aura quasiment vécu.

  • Sont toutefois appelés à subsister à titre transitoire, environ 350 publiphones à télécarte implantés sur voie publique, correspondant aux zones blanches dépourvues de toute couverture mobile d'au moins un opérateur mobile, de n'importe quelle génération que ce soit (2G, 3G ou 4G) jusqu'en fin 2018.
  • Je ne possède pas la liste de ces 350 cabines qui clôt au 31 décembre 2018 l'activité publiphonie de France. Je n'ai pas réussi à la trouver. Dommage.


Collectionner une Cabine Téléphonique, un Publiphone à carte, à monnaie, ou un Taxiphone à monnaie ou à jetons :

 - AVERTISSEMENT ! - 

  • Tout objet ancien peut être amené à être collectionné, y compris tout ce qui émane du Téléphone Public. Une cabine, un habitacle en bel état, un publiphone ou un taxiphone constitue un bel objet de curiosité à exposer.
  • Réglementairement, rien ne s'y oppose plus, depuis 2018, étant donné que ces matériels sont obsolètes depuis cette date.
  • Il est très important de toujours conserver les plaques signalétiques des appareils rivetées sur leur châssis. En effet, certaines personnes s'emploient à les arracher, ce qui ensuite fait tomber la valeur "collector" de l'appareil.  Ces personnes s'imaginent encore qu'il s'agit de matériel "Propriété de l’État", ce qui n'est pourtant plus le cas depuis le 1er janvier 1991, y compris pour les matériels où la mention est gravée. Tous les matériels à cadran téléphoniques ont été déclassés à cette date ainsi que les taxiphones à jetons déclassés depuis 1975. Quant aux appareils  taxiphones ou publiphones en Francs Français, ils sont déclassés depuis le 1er janvier 2002 et ce passage à une autre monnaie. Pour ce qui est des publiphones à cartes de 1ère génération, ils sont déclassés depuis plusieurs années. Les Publiphones à cartes de 2ème et 3ème générations sont déclassés depuis le 1er janvier 2019.

Concernant spécifiquement les Publiphones à télécartes ou les Pointphones Intérieurs à Cartes :

  • En revanche, pour ce qui est de faire fonctionner ces appareils au moins en démonstration, ceci devient moins évident pour les publiphones à télécartes et leurs lointains cousins Pointphones Intérieurs à Cartes...
  • En effet, je ne crois pas qu'il soit possible de faire fonctionner à peu près normalement « pour le fun », un Publiphone à télécartes sans qu'il ne soit relié à une Unité de Raccordement des Publiphones fonctionnelle, car ce sont en fait des appareils numériques informatisés qui utilisent un protocole de dialogue spécifique entre eux et les Unités de Raccordement de Publiphones, URP qui sont également démontées en masse et également envoyées au recyclage.
  • Donc les collectionneurs privés qui seront tentés de conserver les Publiphones à télécartes  ou les Pointphones Intérieurs à Cartes doivent d'avance être prévenus qu'ils sont désormais totalement inutilisables...

Concernant les Taxiphones à monnaie ou à jetons, les Publiphones à monnaie ou les Pointphones Intérieurs à Monnaie :

  • Pour tous les appareils à monnaie ou à jetons, il reste toujours possible d'utiliser ces machines sur une ligne téléphonique RTC classique ou sur une Box ADSL, moyennant certaines adaptations, même si toutefois, sans retransmission des impulsions de comptage à domicile, il ne pourra jamais être procédé par la machine à l'encaissement de la monnaie ; la réception d'appels et l'émission d'appels resteront en général possibles moyennant certaines adaptations propres à chaque modèle de terminal (parfois complexes).
    • Les Publiphones à pièces interurbains (d'après 1970) ainsi que les Pointphones à pièces  sont les plus faciles à faire fonctionner sur une ligne RTC ordinaire ou sur une Box ADSL. En effet, la plupart des appareils Interurbains n'est pas tributaire de la polarité de la ligne pour fonctionner convenablement. Seul l'encaissement de monnaie sera impossible (les appareils interurbains fonctionneront comme si la communication était gratuite et rendront la monnaie introduite au préalable sans jamais l'encaisser).
    • La totalité des modèles de Taxiphones Urbains ainsi que les Taxiphones Interurbains conçus jusqu'en 1970 seront les plus compliqués à faire fonctionner sur une ligne RTC ordinaire ou sur une Box ADSL. En effet, ces appareils sont également tributaires de l'inversion de polarité ordonnée par le centre téléphonique pour pouvoir fonctionner normalement. Non seulement, dans le cas d'utilisation sur une ligne RTC ordinaire ou sur une Box ADSL, ils ne pourront bien entendu jamais encaisser la monnaie ou les jetons lors de l'établissement d'une communication téléphonique, mais de surcroît, ces appareils ne pourront pas fonctionner correctement sans de solides modifications sachant que dans le fonctionnement normal, lorsque tout appareil à prépaiement à monnaie ou à jetons est raccordé sur une ligne téléphonique RTC spécialisée avec Dispositif de Taxation : 
      • au décrochage du combiné téléphonique, la polarité initiale délivrée par le centre téléphonique autorise l'introduction de la monnaie ou des jetons, autorise la numérotation au cadran téléphonique, mais interdit l'utilisation du microphone en le court-circuitant (anti-fraude).
      • dès l'obtention de l'abonné demandé, la polarité est brutalement inversée par le centre téléphonique ce qui provoque instantanément l'encaissement de la monnaie ou des jetons, le court-circuit du cadran téléphonique (anti-fraude), le déblocage du microphone qui permet à partir de cet instant de converser avec son correspondant.
  • Nous attirons l'attention sur la difficulté, pour les débutants en publiphonie, de vouloir faire fonctionner un publiphone ou un taxiphone sur une ligne téléphonique RTC ordinaire ou sur une Box ADSL, et spécialement un Taxiphone Urbain ou un Taxiphone Interurbain conçus jusqu'en 1970 : ces appareils ne fonctionneront jamais normalement voire pas du tout, et quand bien même ceux-ci seraient "adaptés au mieux", il faudrait procéder à la neutralisation d'un ensemble de sécurités de manière experte afin de pouvoir les faire fonctionner suivant le compromis minimum : 
    • décrochage, 
    • introduction de monnaie (qui ne sera jamais encaissée, mais systématiquement rendue en fin de conversation)
    • obtention de la tonalité,
    • neutralisation des court-circuits anti-fraude du cadran et du microphone pour pouvoir numéroter et converser dans tous les cas de figure. 
    • tout ceci sans endommager le circuit téléphonique de base qui doit, lui, demeurer intègre.
  • En revanche, il restera toujours possible, durant encore plusieurs années, de faire fonctionner à plein rendement sur une ligne téléphonique RTC munie de l'option DRIC/TTX (Retransmission des Impulsions de Comptage à domicile) n'importe quel Taxiphone à jetons ou à monnaie, Publiphone à monnaie, et Pointphone Intérieur à Monnaie en euros (ou en francs) comme il en est actuellement utilisé dans les bars ou les hôtels. En effet, ces matériels n'étant pas dépendants de systèmes informatiques de contrôles et de supervision, ils ne sont pas concernés par la fin de la publiphonie, qui ne concerne que les cabines téléphoniques publiques munies de publiphones à télécartes ainsi que les Pointphones Intérieurs à Cartes.

Concernant les téléphones simples :

  • Un simple téléphone administratif classique pouvant dater de 30, 50 voire plus de 100 ans pourra toujours être utilisé à l'usage exact auquel il a été destiné, sur une ligne classique, ou sur une Box ADSL, moyennant éventuellement un adaptateur/convertisseur de numérotation téléphonique pour les postes à cadran raccordés sur certaines Box ADSL.

Histoire de la Publiphonie Française © Claude Rizzo-Vignaud, 5 mai 2019.

compteur.js.php?url=wLovqE1UxkQ%3D&df=TA