XXIV - Évolution du parc de publiphones installés sur la voie publique,

 

en exploitation par l’administration des PTT

puis par France-Télécom et Orange

(données disponibles, au 31 décembre de chaque année).

  • - 1972 : 6.500 environ.
  • - 1973 : 13.300
  • - 1974 : 18.500 environ.
  • - 1975 : 25.000 environ.
  • - 1976 : 32.400
  • - 1977 : 39.600
  • - 1978 : 57.300
  • - 1979 : 78.800
  • - 1980 : 102.300
  • - 1981 : 124.900
  • - 1982 : 146.000
  • - 1983 : 167.000 100% à pièces de monnaie.
  • - 1986 : 176.000 dont 12% à télécartes.
  • - 1987 : 169.000 dont 17% à télécartes.
  • - 1988 : 169.000 dont 24% à télécartes.
  • - 1989 : 170.000 dont 31% à télécartes.
  • - 1990 : 170.000 dont 42% à télécartes.
  • - 1991 : 173.000 dont 50,3% à télécartes.
  • - 1992 : 177.000 dont 58% à télécartes.
  • - 1993 : 180.000 dont 70% à télécartes.
  • - 1994 : 190.000 dont 75% à télécartes.
  • - 1995 : 206.000 dont 76% à télécartes.
  • - 1996 : 211.000 dont 83% à télécartes.
  • - 1997 : 226.000 dont 88% à télécartes.
  • - 1998 : 241.000 dont 93% à télécartes. Niveau maximal de toute l’histoire de la téléphonie publique en France.
  • - 1999 : 240.000 dont 95% à télécartes.
  • - 2000 : 230.000 dont 98% à télécartes.
  • - 2001 : 214.000 désormais tous à télécartes.
  • - 2002 : 200.000
  • - 2003 : 190.000
  • - 2004 : 189.000. Début officiel du démantèlement progressif du parc.
  • - 2005 : 180.000
  • - 2006 : 169.000
  • - 2007 : 166.000
  • - 2008 : 158.000
  • - 2009 : 143.000
  • - 2010 : 137.000
  • - 2011 : 129.000
  • - 2012 : 116.000
  • - 2013 : 94.000
  • - 2014 : 69.000
  • - 2015 : 39.000
  • - 2016 : 17.300 environ.
  • - 2017 : 6800 au 30 juin ; 1000 environ en cours de débranchement en fin d'année, dont maintien en 2018 à titre transitoire de 350 unités correspondant aux zones blanches dépourvues de toute couverture mobile d'au moins un opérateur mobile, de n'importe quelle génération que ce soit (2G, 3G ou 4G).

_____

Nota : ne sont comptabilisés ni les cabines installées dans les bureaux de postes, ni les publiphones  ni les pointphones installés dans les hôtels ou les cafés.



Histoire de la Publiphonie Française © Claude Rizzo-Vignaud, 4 octobre 2018.

compteur.js.php?url=wLovqE1UxkQ%3D&df=TM