II - Taxiphones à pièces

(homologués PTT)

_____

Taxiphone Interurbain pour Réseau Manuel

de technologie Hall :

D’abord relié au réseau téléphonique manuel, c’est l’opératrice téléphonique obtenue au décrochage de l'appareil (et après quelques tours de manivelle sur les appareils installés en plein campagne) qui ordonne à l'usager d'introduire le montant nécessaire à l'établissement de la conversation, dans le cas où l'opératrice a pu obtenir et mettre en attente le correspondant demandé par l'appelant.

La monnaie, en étant introduite dans l’appareil, frappe au passage un timbre de sonnerie spécifique à chaque valeur de pièce encaissée que l’opératrice téléphonique entend grâce à un microphone auxiliaire placé à l'intérieur de l'appareil et contrôle ainsi l’encaissement effectif dans la machine.

Ces appareils ne sont donc pas à proprement parler des appareils à prépayement.

Concernant les taxiphones interurbains manuels, nous avons répertorié les modèles suivants de la Compagnie le Taxiphone :

- Type SAINT-CYR BL ( Batterie Locale), interurbain, manuel à monnaie 10F et 20F, à manivelle et à timbres d’encaissement (1924) équipé d’un circuit téléphonique identique à celui des postes agréées des PTT 1924. Ce modèle a notamment équipé les campagnes demeurées tardivement en manuel et à batterie locale (pile électrique installée chez l'abonné).

Ci-contre : Photographie PTT - Coll. C. R-V.

TaxiphoneTypeStCyrBL

Ci-contre : © Photographie C. R-V. Avec l'aimable autorisation de la Collection Historique Orange.

TaxiphoneTypeStCyrBL2

_____

TaxiphoneStCyrBL

Ci-dessus : schéma du Taxiphone modèle Saint-Cyr à Batterie Locale

(BO P&T 1924, n°5 page 159)


- Type SAINT-CYR BCI (Batterie au Central Intégrale), interurbain, manuel à monnaie 10F et 20F, à timbres d’encaissement (1924) équipé d’un circuit téléphonique identique à celui des postes agréées des PTT 1924.

Ce modèle a notamment équipé les villes de province, non reliées au réseau téléphonique automatique. (Sans manivelle)

TaxiphoneTypeStCyrBCI

_____

TaxiphoneStCyrBCI

Ci-dessus : schéma du Taxiphone modèle Saint-Cyr à Batterie Centrale Intégrale

(BO P&T 1924, n°5 page 160)



Taxiphone Urbain pour Réseau Automatique

de technologie Hall :

Vers 1930 les premiers taxiphones urbains munis d’un cadran, compatibles avec les premiers réseaux automatiques sont installés en France. Désormais, dans les grandes villes où le réseau urbain est automatisé, l’usager se passe à présent des services des opératrices.

Le principe technique est que pour obtenir la tonalité dans le but de téléphoner à un abonné à l'aide du cadran téléphonique, il faille d’abord introduire au préalable un jeton ou une pièce de monnaie dans l’appareil.

En revanche, ce type de téléphone ne permettait l’encaissement que d’un seul jeton (ou d’une pièce de monnaie) pour chaque conversation établie. Ainsi, les taxiphones n’étaient autorisés que pour établir des communications locales ou urbaines, c'est-à-dire dont l’abonné demandé fût situé dans la même circonscription de taxe. (Communications urbaines d’ailleurs facturées sans limite de durée)

L’utilisation de ces lignes de taxiphones est restreinte par l’Administration aux seules communications urbaines. Il est alors hors de question de pouvoir appeler dans une autre ville via le réseau interurbain.

Se reporter à la page relative aux Jetons de taxiphones :

http://publiphonie.monsite-orange.fr/page-562eb6c4...



Taxation par inversion de polarité.

L'encaissement se fait par inversion de polarité de la ligne téléphonique. En effet, lorsque le correspondant appelé a décroché son téléphone, le commutateur téléphonique inverse, au central, la polarité de la ligne téléphonique du taxiphone (dans le cas où il s'agisse bien du taxiphone ayant appelé), et dans chaque publiphone urbain de type Hall, un gros électroaimant se retrouve de ce fait actionné ce qui entraîne 3 conséquences :

  • - l'électroaimant autorise l'encaissement du jeton,
  • - l'électroaimant décourt-circuite le microphone du combiné du taxiphone afin que les correspondants puissent converser,
  • - l'électroaimant court-circuite le temps de la conversation le cadran téléphonique afin d'éviter toute fraude dite "au cadran".

Au raccrochage, le commutateur téléphonique rétablit la polarité dans son sens initial, ce qui fait revenir l'électroaimant au repos, court-circuite le microphone et libère le cadran d'appel : le taxiphone est alors prêt à traiter un nouvel appel...

Ci-contre : Extrait des Normes d'Exploitation et de Fonctionnement (NEF) des commutateurs téléphoniques établies en Juin 1977.

CaracteristiquesInversionBatterieNEF


Les premiers taxiphones à encaissement automatique de technologie Hall, ainsi que toute la lignée qui va en découler sont donc des Taxiphones de type Urbain.


Concernant les taxiphones Urbains équipés de cadrans, nous avons déjà compté les modèles agréés par l’administration suivants :

- Type PARIS, urbain, automatique à jetons PTT, à bouton d’encaissement (circa 1937 jusqu’en 1947) équipé d’un circuit téléphonique identique à celui des postes agréés des PTT 1924.

Conformément à l'avenant du 9 avril 1925 entre l'Administration des P&T et la Compagnie Le Taxiphone, le Taxiphone Urbain de type Paris présenté ci-dessous est conçu avec une structure interne dite « Monobloc », qui est en quelque sorte une structure modulaire, montée sur gonds articulés et débrochable, particulièrement ingénieuse pour l'époque.

Ci-contre : Photo Collection personnelle C. R-V.

TaxiphoneParis1947RizzoRestaure


- Type BENJAMIN urbain, automatique à jetons PTT, à bouton d’encaissement (1946)

TaxiphoneTypeBenjamin2

1946FilmDestinsTinoRossiTaxiphoneBenjamin1

Ci-dessus : Taxiphone modèle Benjamin I dans le film Destins  de Richard Pottier avec Tino Rossi en 1946. Photographie X - Coll. C. R-V.

_____


- Type BENJAMIN (type2) urbain, automatique à jeton, puis à monnaie 50F, puis 20c, avec puis sans bouton d’encaissement (circa 1955 - 63) équipé d’un circuit téléphonique identique à celui des postes agréés U43.

Ce modèle de poste a vu beaucoup de changements au niveau du monnayeur : d'abord à jetons Taxiphone, puis en anciens francs, puis en nouveaux francs. Il y a eu des variantes avec boutons d'encaissement et d'autres sans ce bouton.

© Photographies C. R-V. Avec l'aimable autorisation de la Collection Historique Orange.

TaxiphoneTypeXXX

TaxiphoneUrbainXBoutonEtFr

TaxiphoneUrbainXFr

Nota : Le Type Benjamin 2 est donc un appareil Taxiphone Urbain, mais il a été adapté ultérieurement en appareil interurbain, de deux manières possibles :

Variante 1 : Taxiphone Urbain Automatique + Taxiphone Interurbain Manuel.

  • Il s'agit de l'hybridation du taxiphone cumulant le fonctionnement initial du Taxiphone Benjamin 2 avec un Taxiphone Interurbain Manuel de Type Saint-Cyr BCI, par l'adjonction, en plus du monnayeur à Jetons, de deux monnayeurs de pièces de monnaie et de deux timbres d'encaissement internes, couplés avec un microphone interne au compartiment technique.
    • Ainsi en Taxiphone Urbain, il fonctionne en mode automatique habituel par introduction d'un jeton, décrochage combiné et numérotation, puis encaissement du jeton en cas de réponse du demandé, assurant dans la circonscription locale de Paris, la conversation sans limite de durée.
  • Mais pour appeler en dehors de la circonscription locale de Paris, donc en interurbain, le Type Benjamin 2 en est bien incapable.
    • Lorsque l'on souhaite joindre un correspondant lointain, l'on introduit d'abord un jeton de taxiphone, puis l'on décroche le combiné et l'on appelle à l'aide du cadran une opératrice sur le central Provence (au numéro PROvence 71.39). 
    • Sur ce numéro spécifique qui n’est pas taxé, l'on donne alors le numéro du correspondant souhaité puis l'on raccroche. Le jeton est alors rendu à l'appelant. 
    • Puis, l’opératrice va établir au central Provence la communication avec le correspondant interurbain, puis si elle l’obtient, met le correspondant appelé en attente, et rappelle alors le Taxiphone Benjamin 2 demandeur.
    • L'opératrice demande alors au Taxiphone demandeur d’introduire des pièces de monnaie qu’elle va entendre tomber dans l’appareil, grâce au microphone interne, qui va capter le son des pièces de monnaie tombant sur l’un ou l’autre des deux timbres métalliques. Une fois la somme perçue, l'opératrice met les deux correspondant en relation pour la durée prépayée.
  • À une époque où la retransmission des impulsions de taxation n'était pas encore inventée/diffusée, cette adaptation hybride permet alors aux parisiens de joindre, via une opératrice manuelle, un correspondant éloigné. Cet artifice n'a pas duré, le type Benjamin 2 ayant été, pour certains d'entre eux, entièrement transformé en automatique intégral.

Variante 2 : Taxiphone Urbain Automatique + Taxiphone Interurbain Manuel.

  • Idem à la variante 1, mais pour les appels interurbains, en dehors de la Circonscription de Paris, il y a la présence d'un deuxième bouton en bas à gauche de l'appareil (Bouton B) qui permet d'obtenir l'opératrice manuelle sans introduction de jeton.

1958TaxiphoneBenjamin2InterurbainParis01

1958TaxiphoneBenjamin2InterurbainParis02

Ci-dessus : Taxiphones Benjamin Type 2, modifiés pour l'interurbain (accès par opératrice manuelle, sans jeton - par Bouton B). Photographies PTT - circa 1958 - Coll. C. R-V.

_____

Variante 3 : Taxiphone Urbain et Interurbain Automatique.

  • vers 1960, transformation en appareil interurbain entièrement automatique, par adjonction d'un détecteur de taxes périodiques à 50Hz et adjonction d'un signal lumineux avertissant l'usager de la coupure imminente, qui donnait un délai de quelques secondes pour réintroduire une nouvelle pièce de 50c pour prolonger la conversation.

- Type 100 urbain, automatique à monnaie 20c Lagriffoul (1957) équipé d’un circuit téléphonique identique à celui des postes agréés U43.

(le numéro de nomenclature des PTT est 277-100)

Ultérieurement dans les années 1970, ce modèle est modernisé et comporte désormais un circuit téléphonique identique à celui des postes agréés S63 non régulé. Le n° de nomenclature demeure identique.

Ce modèle est livré neuf jusques en 1976.

Environ 25.000 Taxiphones Type 100 furent installés dans les bureaux de poste ou en cabine publique.

____

- Type 200 urbain, automatique à jetons (1957) équipé d’un circuit téléphonique identique à celui des postes agréés U43.

(le numéro de nomenclature des PTT est 277-200)

En fait, le taxiphone type 200 est identique au type 100, excepté qu'il est pourvu d'un monnayeur à jetons.

Ce modèle est livré neuf jusques en 1969.

Environ 5.000 Taxiphones Type 200 furent installés dans les bureaux de poste.

Ce modèle a en outre été largement déployé dans le Métropolitain Parisien.

TaxiphoneType100


- Type 300 urbain, automatique à monnaie 20c Lagriffoul, sans bouton d'encaissement (1974) équipé d’un circuit téléphonique identique à celui des postes agréés S63 autorégulé.

(le numéro de nomenclature des PTT est 277-300)

Descendant direct des Types 100 et 200, le Type 300 a profité de perfectionnements mécaniques, en termes de renforcement face aux effractions.

Ce modèle est livré neuf jusques en 1977.

Environ 7.500 Taxiphones Type 300 furent installés dans les bureaux de poste ou parfois en cabine publique.

Nota : tous les taxiphones et publiphones à monnaie à venir (sauf le TE80) utiliseront désormais un combiné téléphonique de S63, de couleur noire, pourvu d'un lest de plomb situé dans l'emplacement de l'écouteur, afin de compenser son faible poids qui empêchait un raccrochage correct de l'appareil.

Nota 2 : Une version à jetons a également existé.

TaxiphoneType300



Taxiphones Interurbains de type automatique :

Suite à l’instauration depuis 1960 de la tarification par impulsions périodiques à intervalles de durée variables mais à valeur monétaire fixe, peuvent être introduits au début de cette décennie les premiers appareils à encaissement périodiques, qui permettent enfin d’établir des communications interurbaines à partir d’un taxiphone. L’ordre d’encaissement est envoyé par la ligne téléphonique de manière automatique par le commutateur de rattachement, à la fréquence modulée en mode commun de 50Hz par rapport à la terre.


Se reporter aux pages Taxation à distance TTX :

http://publiphonie.monsite-orange.fr/page-562eb673...

http://telecommunications.monsite-orange.fr/page-55994e9c30665.html 

_____

Bien que ces taxiphones doivent être qualifiés d' appareils à prépaiement, la tonalité est obtenue dès le décrochage du combiné sans introduction d'argent.

- Il faut d'abord décrocher le combiné,

- puis numéroter immédiatement,

- et une fois que l'usager a obtenu son correspondant, il dispose d'un délai de 4 à 5 secondes pour introduire la monnaie dans l'appareil, sous peine d'être coupé dans le cas contraire. Durant ce laps de temps de quelques secondes, le microphone du publiphone est shunté, ce qui empêche toute conversation.

- Type BENJAMIN modifié, interurbain, automatique à monnaie, avec ou sans bouton d’encaissement (circa 1960) équipé soit d'un circuit téléphonique des postes agréés PTT1924 ou d’un circuit téléphonique identique à celui des postes agréés U43.

(Il s'agissait d'adaptations à partir du parc de taxiphones urbains existants, d'où plusieurs variantes possibles)

Ci-contre : © Photographie C. R-V. Avec l'aimable autorisation de la Collection Historique Orange.

TaxiphoneXXXInterurbain


- Type 400 Urbain automatique et Interurbain manuel, à monnaie 20F, 50F et 100F Guiraud (circa 1957) équipé d’un circuit téléphonique identique à celui des postes agréés des U43. Reprend les caractéristiques de fonctionnement du type Benjamin 2 modifié, dans un nouvel habillage.

(le numéro de nomenclature des PTT est 277-400).

Se serait écoulé à quelque 4.000 exemplaires... Éclipsé par l'arrivée du Type 700.

Ci-contre : © Photographie C. R-V. Avec l'aimable autorisation de la Collection Historique Orange.

TaxiphoneType500


- A aussi existé le Type 500 dérivé du Type 400 dans le même boîtier, mais dépourvu de cadran. Il s'agit d'un Taxiphone Interurbain Manuel fonctionnant sur le même principe que le Type Saint-Cyr avec accès direct à une opératrice des PTT. (le numéro de nomenclature des PTT est 277-500)

- A aussi existé le Type 600, mais nous ne disposons pas d'informations et de photographies à leur sujet.


- Type 700 interurbain, automatique à monnaie, via 3 sélecteurs de pièces différentes 20c Lagriffoul, 1/2F et 1F semeuse Roty (1965) équipé d’un circuit téléphonique identique à celui des postes agréés S63 non régulés.

Cet appareil est équipé d'un comparateur de taxes (équipé d'une fenêtre d'affichage des taxes créditées restantes) et d'un mécanisme de crédit développé par M. Jean Briend, Ingénieur en chef des télécommunications.

Le détecteur d'impulsions de taxe fonctionne aussi bien en 50Hz modulé par rapport à la terre, qu'en 12kHz.

En cas de solde débiteur de taxes, la conversation est brouillée de telle sorte que la conversation devient impossible, jusqu'à ce que l'usager introduise de la monnaie et que le solde redevienne créditeur. Si le solde demeure débiteur plus d'une dizaine de secondes, le taxiphone est raccroché automatiquement, en interne.

Premières mises en service, à Paris, le 15 octobre 1965.

Modèle présent très longtemps dans les bureaux de postes.

(le numéro de nomenclature des PTT est 277-700)

Au moins 16.000 Type 700 ont été déployés en bureaux de poste ou en cabine publique.

Ci-contre : © Photographie C. R-V. Avec l'aimable autorisation de la Collection Historique Orange.

TaxiphoneType700

Ci-dessous : lien vers l'Ordre de service du 18 septembre 1965 décrivant le déploiement des taxiphones 277-700 à partir de l'année 1965, leur principe de fonctionnement, ainsi que leur utilisation par les usagers.

_____

Ci-contre : fiche de dépannage PTT d'un appareil taxiphone ou publiphone à pièces/jeton.

Cette fiche, remplie à chaque intervention sur un appareil y était laissée insérée à demeure, ce qui permettait à l'agent de disposer d'un historique succinct de la machine.

Utilisée jusqu'au début des années 1980.

Coll. C. R-V.

FormDepTaxiphTLH64311001



Histoire de la Publiphonie Française © Claude Rizzo-Vignaud, 15 août 2018.

compteur.js.php?url=wLovqE1UxkQ%3D&df=Yt